Travail du cheval : Carrière impraticable, on fait quoi ?

Pendant cette période, pour tous les cavaliers qui n’ont pas de manèges, c’est compliqué d’avoir un rythme de travail régulier pour son cheval.

Un coup la carrière est totalement inondée, la fois d’après c’est devenu un glaçon, voire même certains n’ont même pas de carrière. On vous donne quelques tips pour travailler son cheval sans carrière.

Le travail à pied

Le travail à pied c’est bénéfique pour tous les chevaux, qu’il soit de sport, de pré ou de club. On l’oublie un peu mais c’est une chose très importante. Longe, longue-rêne, et plein d’autres... Alors oui, c’est moins rigolo que d’être à poney parce qu’on est à pied mais ça permet de varier le travail et d’avoir un autre contact avec son cheval.

Et pas forcément besoin de carrière pour ça. On peut totalement longer dans un paddock ou dans le pré. Mais on peut aussi partir en balade à pied ou bien demander au voisin de nous prêter une partie de son pré.

Évidemment ce n’est pas seulement en hiver, quand on ne peut pas monter, qu’il faut faire du travail à pied, c’est un exercice à réaliser sur l’année entière. Ça permet, entre autres, d’améliorer les relations avec son cheval, d’améliorer l’équilibre, l’engagement ou encore pour le mental de notre chouchou. C’est un travail commun à toutes les disciplines qu’on oublie un peu.

Et pour ceux qui voudraient faire du travail à pied mais qui savent pas trop comment faire on vous prépare des petites choses 😉

Le trotting

Direction les chemins de balade et hop un petit footing.

Le trotting a plusieurs avantages. Déjà ça réchauffe, et ça réchauffe tout le monde, autant le cheval que le cavalier. Et puis ça donne du souffle (bon là, un peu plus pour notre cheval que pour nous), trotter non stop pendant plusieurs minutes c’est top, encore plus quand il y a des montés et des descentes. Le souffle ça leur permet d’être plus endurant, d’avoir un meilleur cardio.

Evidemment il faut l’adapter en hiver. Déjà marcher longtemps pour échauffer le dos, et puis faire attention aux terrains. Privilégiez l’herbe aux chemins quand les sols sont durs, et limiter la vitesse quand c’est mouillé et que ça glisse.

Une balade tranquille

Soit vous avez de la chance, vous êtes dans un endroit où les chemins de balades sont nombreux et agréables pour les chevaux. Bon dans ces cas-là, partir une balade ce n’est pas trop pénible. Soit vous êtes proche de la ville, et là les balades c’est chaud. Mais en vrai, je vous les conseille. Préparer un après-midi, ou quelques heures. Seul ou entre copains. Il y a beaucoup de beaux chemins de balade en Auvergne. Hop on cherche 2 ou 3 endroits sur Google et on finit au pied du Puy de dôme ou au bord de l’Allier.

Pour ceux qui n’ont pas trop le temps ni de quoi se déplacer, partez quand même ! Ce sera toujours très bon pour le moral de votre cheval.

Et mine de rien, bah le pas ça aide aussi à pas mal de chose quand le cheval est tonic et que le dénivelé est présent

Tester de nouvelles choses

Pas de carrière pour travailler sur le plat ou l’obstacle. Elle n’est peur être pas praticable à cheval mais c’est l’occasion d’essayer de nouvelles choses et de changer d’exercice. Pourquoi ne pas tester l’équifeel par exemple ? On oublie la selle, le mors, et tout le reste. On prend un licol, un stick et évidemment quelques bonbons, et go !

Apprendre les 7 jeux de Pat Parelli par exemple, c’est la base du respect, du travail en liberté, etc … Le cheval apprend vite et vous verrez qu’avec ça, la relation peut changer et puis ça permet de varier le travail. Ça c’est bon pour le mental 🙂